Cancer du sein et impact sur vos cheveux

La perte de cheveux est l'un des effets secondaires les plus marquants du traitement par chimiothérapie. Pourquoi, comment et dans quels cas la perte de cheveux survient-elle ? Comment diminuer l'impact psychologique de la perte de cheveux ? On fait le point dans cet article.  

Cancer du sein : pourquoi perd-on ses cheveux ?

Certains types de traitements utilisés pour traiter les cancers entraînent une perte de cheveux et de poils. C'est notamment le cas de la chimiothérapie, traitement fréquemment préconisé en cas de cancer du sein.

Chimiothérapie : mieux comprendre les causes de la perte de cheveux

Pour être efficace, de nombreux traitements anticancéreux agissent de façon non ciblée, provoquant un panel d'effets indésirables, dont la perte de cheveux. Les médicaments détruisent les cellules cancéreuses, mais aussi des cellules normales, parmi lesquelles celles qui participent à la fabrication des cheveux par les follicules pileux.  

Quel cancer fait perdre les cheveux ?

Tous les cancers, de par leur traitement, ne provoquent pas une perte de cheveux. On la retrouve néanmoins fréquemment comme effet secondaire dans le traitement par chimiothérapie de :

  •         cancer du sein ;
  •         leucémie ;
  •         cancer des ovaires ;
  •         cancer du poumon.

Quelle quantité de cheveux perd-on en cas de cancer du sein ?

La quantité de poils et de cheveux perdus, ainsi que la vitesse à laquelle ils tombent, est variable d'une personne à l'autre. De nombreux paramètres sont à prendre en compte parmi lesquels :

  •         le type de traitement ;
  •         la dose administrée ;
  •         l'association de plusieurs médicaments ;
  •         le mode d'administration ;
  •         la durée du traitement.

Comment se passe la perte de cheveux lors de la chimiothérapie ?

À nouveau, les symptômes diffèrent d'une personne à l'autre. Certaines retrouveront un paquet de cheveux sur l'oreiller au réveil. Pour d'autres, ils tomberont lors du brossage ou d’un shampoing. Avant de tomber, les cheveux peuvent devenir plus fins. Il est possible que cette perte de cheveux s'accompagne d'une chute des poils, cils et sourcils .

Généralement, la perte de cheveux débute dans le mois suivant le début du traitement de chimiothérapie.

Peut-on freiner la chute de cheveux pendant le traitement de chimiothérapie ?

Même si elle ne se produit pas de manière systématique, la chute de cheveux pendant la chimiothérapie est une épreuve bouleversante. Existe-t-il des solutions pour limiter la perte de cheveux ? Quelles sont les solutions pour mieux vivre la perte de cheveux. On fait le point.

Anticiper pour freiner la chute de cheveux

La meilleure façon de freiner la perte de cheveux durant le traitement de chimiothérapie est d'en prendre soin avant. Protégez-les en les lavant avec des shampoings doux au PH adapté à leur nature. Évitez autant que possible de les agresser :

  •         pas de coloration ;
  •         pas de brushings ;
  •         l'utilisation du sèche-cheveux en mode "à froid" ;
  •         pas de brossages intenses.

La prise de vitamines antichute n'empêchera malheureusement pas vos cheveux de tomber. Plus que de subir cette perte de cheveux, vous pouvez vous y préparer en adoptant, par exemple, une coupe courte quelques semaines avant le début du traitement de chimiothérapie. Vous pourrez ainsi vous familiariser avec votre nouvelle image progressivement.

Le port de prothèses capillaires pour masquer la perte de cheveux

Même si les cheveux repoussent après le traitement de chimiothérapie, cette alopécie entraine une souffrance psychique chez de nombreuses femmes. S'il n'est pas possible d'arrêter complètement la chute de cheveux, vous pouvez la dissimuler de manière totalement naturelle grâce à des prothèses capillaires. Déclinées dans de nombreux modèles, elles s'adaptent à tous les styles et toutes les formes de visages.

Aderans vous propose un grand choix de prothèses capillaires :

  •         des perruques en fibres synthétiques haut de gamme Any d'Avray et Sentoo ;
  •         des perruques naturelles composés de  véritables cheveux naturels  ;
  •         des accessoires textiles et capillaires : foulards, turbans, turbans avec franges…

Indétectables à l'œil nu, nos perruques médicales offrent un rendu naturel. Ces prothèses capillaires n'ont pas seulement une visée esthétique, elles contribuent également à protéger votre cuir chevelu devenu plus sensible. Besoin de conseils pour choisir votre perruque médicale ? Prenez rendez-vous dans un centre capillaire Aderans proche de chez vous. Nos experts sauront vous conseiller pour trouver la prothèse capillaire adaptée à votre style et votre budget. Venez essayer vos prothèses en toute discrétion, dans un cadre rassurant, bénéficier d’ un accompagnement personnalisé, bienveillant et très professionnel .